12.03.1992
RWANDA Une religieuse victime des violences tribales
Une religieuse italienne, soeur Antonia Locatelli, a été tuée par balles, dans la nuit du lundi 9 au mardi 10 mars, à Nyamata, dans le sud-est du pays, alors qu'elle tentait de protéger les élèves de l'école ménagère qu'elle dirigeait. Les autorités de Kigali affirment qu'elle a été tuée par des " inconnus ". Des sources diplomatiques indiquent, pour leur part, qu'elle a été victime de militaires rwandais. Selon le médecin, qui a examiné le cadavre, la religieuse aurait été tuée " à bout portant ", ce qui exclurait l'hypothèse d'une bavure.
Ce drame laisse à penser que la vague de violences tribales qui a ensanglanté, la semaine dernière, la région du Bugesera, au sud de Kigali, n'est pas encore maîtrisée. D'après le dernier bilan du ministère de l'intérieur, rendu public lundi, ces affrontements interethniques ont fait trente-cinq morts. Selon d'autres sources, au moins cent cinquante personnes auraient été tuées. Les principaux partis d'opposition ont appelé à une manifestation de protestation, samedi. (AFP.)