Article paru
le 17 juin 1994

Lettre de Robert Hue à Edouard Balladur

Le secrétaire national du PCF a adressé, hier, la lettre suivante au premier ministre :.

« La tragédie du Rwanda bouleverse la conscience humaine. Depuis l'attentat meurtrier contre les chefs d'Etat du Rwanda et du Burundi et la série de massacres lancée par la garde présidentielle et les milices de l'ancien parti unique, l'OUA et les amis de l'Afrique préconisent le retour aux accords d'Arusha, qui prévoient un partage du pouvoir, une garantie pour la démocratie, pour le droit des minorités et le respect des droits de l'homme.

« Pour parvenir à cette fin, l'OUA s'est proposée pour mettre sur pied une force interafricaine sous son égide et celle de l'ONU, dès lors que la communauté internationale lui en fournirait les moyens. Malheureusement, aucun des pays membres permanents du Conseil de sécurité - dont la France - n'a, à ce jour, répondu à cet appel.

« Malgré ce blocage, les pays africains ont poursuivi leurs efforts. Avant-hier, un sommet de l'OUA, réuni à Tunis, en présence de Nelson Mandela, réussissait à mettre en route un processus destiné à obtenir un cessez-le-feu et à relancer immédiatement les négociations en vue de l'application de l'accord d'Arusha.

« Dans ce contexte, il nous semble que le devoir de la France ne peut être que d'apporter son soutien politique et matériel aux efforts de l'OUA. Toute autre initiative, prise sans l'accord des parties concernées au Rwanda et dans la région, nous apparaîtrait comme allant à l'encontre des intérêts des populations rwandaises et de la perspective de l'instauration de la paix et de la démocratie dans cette région.

« Aussi voudrais-je vous réitérer la double demande que nous avions exprimée à monsieur le Ministre des Affaires étrangères, le 17 mai dernier : que la France contribue financièrement avec d'autres pays à la mise en place d'une force interafricaine, sous l'égide de l'ONU et de l'OUA ; et que notre pays réaffirme clairement son engagement en faveur de l'accord d'Arusha. »