Article paru
le 9 août 1994

1.200.000 francs collectés

Pierre Zarka, directeur de « l'Humanité », remet aujourd'hui le chèque au Secours populaire français. C'est le fruit du fort élan de solidarité que les lecteurs ont manifesté depuis quinze jours et de la vente du numéro spécial de vendredi dont la diffusion, grâce à l'effort militant, a progressé de 57%. La campagne vérité et solidarité avec le peuple rwandais va connaître un autre moment exceptionnel à l'occasion de la Fête de l'Humanité.

A la campagne engagée pour venir en aide au peuple rwandais par « l'Humanité » a répondu un exceptionnel élan de solidarité. Aujourd'hui, Pierre Zarka, directeur du journal, remettra à Julien Lauprêtre, président du Secours populaire français, un chèque de 1.200.000 francs. Cet important résultat, obtenu en quinze jours, provient de la générosité qui s'est, très vite et largement, manifestée de la part des lecteurs, puisque 3.900 chèques ont été reçus au journal. Ajoutons à cet élan du coeur l'effort militant de diffusion du numéro spécial de « l'Humanité » de vendredi. On a comptabilisé, tout au long du week-end, plus de 300 initiatives de diffusion de « l'Humanité », vendue 12 francs, 6 francs étant reversés au compte de la solidarité.

Les plus fortes commandes ont été enregistrées en région parisienne, avec, notamment, 1.465 numéros supplémentaires dans les Hauts-de-Seine, 1.214 en Seine-Saint-Denis et 930 dans le Val-de-Marne, mais aussi en province et, plus précisément, dans les Bouches-du-Rhône, en Gironde, en Meurthe-et-Moselle, dans le Rhône, l'Isère, la Seine-Maritime ou le Tarn. Les initiatives ont été particulièrement nombreuses aux portes des entreprises. Malgré les congés d'été, les ventes ont connu un résultat très positif et beaucoup de salariés, très souvent non communistes, ont réservé un bon accueil à l'initiative.

Dans la plupart des points de vente militants, les diffuseurs ont manqué de journaux. C'est le cas de la fédération communiste du Nord. Lundi, une nouvelle commande au journal était enregistrée. Dans ce département où la priorité de diffusion concernait les entreprises du secteur public, 10 journaux étaient vendus vendredi à la cantine des cheminots, 15 en direction du personnel communal à Lille. Toujours dans le Nord, on comptabilisait 20 « Humanité » placées en une heure et demie à la foire de Dunkerque, et 40 à Aulnoye.

A l'entrée de la cantine de l'hôpital Delafontaine, à Saint-Denis, de nombreuses discussions ont accompagné la vente du numéro spécial. Douze exemplaires ont été vendus et deux personnes ont adhéré au PCF. Douze « Humanité » aussi ont été diffusées à « la Tour » de Montreuil, regroupant plusieurs entreprises comme le centre d'action sociale d'EDF et des services communaux. Là, trente personnes ont également versé à la collecte. Rappelons le bon accueil et les 50 numéros vendus au centre hospitalier de Saint-Brieuc, les 24 au CHU de Grenoble, 30 à l'Institut Gustave-Roussy de Villejuif, 17 à l'hôpital Charles-Foix d'Ivry. Ajoutons, comme exemples, la vente devant la recette principale de La Poste à Lyon où 18 « Huma » ont trouvé acquéreurs, la diffusion par les militants des Hauts-de-Seine de 83 exemplaires au pied des tours de la Défense, 50 chez Hispano et 77 à Renault-Billancourt.

Selon les premières informations, on peut estimer que les initiatives militantes et la vente en kiosque ont fait progresser de 57% la diffusion du journal.

En liant l'appel à la solidarité à une campagne vérité de reportages, de révélations et d'explications sur les responsabilités du massacre du peuple rwandais, « l'Humanité » a contribué de manière originale - comme cela est sa vocation - à proposer à la fois une initiative concrète pour sauver des vies humaines et aussi à donner le maximum d'informations et d'arguments aux lecteurs sur la situation au Rwanda et ses causes. Rappelons que, dès le mois d'avril, l'envoyé spécial de « l'Humanité », l'un des rares sur le terrain, racontait l'horreur des massacres organisés. Notre journal alertait quotidiennement sur la situation dans ce pays d'Afrique, tout en révélant les preuves de la programmation du génocide par les bourreaux et les lourdes responsabilités de ceux qui, comme les gouvernements français successifs, se taisaient, cautionnaient et armaient le bras des assassins.

Cette vaste campagne de solidarité et de vérité ne prend pas fin aujourd'hui. Elle va se prolonger jusqu'à la Fête de l'Humanité les 9, 10 et 11 septembre. Le grand rassemblement de La Courneuve sera l'occasion pour d'innombrables participants de témoigner, sous les formes les plus diverses, leur soutien en direction des peuples qui souffrent, et particulièrement celui du Rwanda. Une exposition et un débat, avec la participation notamment des envoyés spéciaux de « l'Humanité » au Rwanda, sont d'ores et déjà prévus.

ALAIN RAYNAL.