Page d'accueil
France Génocide Tutsi France Génocide Tutsi
Mise à jour :
4 novembre 2022 Anglais

Les massacres ethniques au Rwanda font fuir la population. En deux jours, plus de 250 000 réfugiés ont afflué en Tanzanie

Fiche Numéro 30986

Numéro
30986
Auteur
Bobillier, Laurence
Auteur
Minangoy, Robert
Date
1er mai 1994
Amj
19940501
Heure
12:00:00
Fuseau horaire
CEST
Surtitre
Journal de 12 heures [1:25]
Titre
Les massacres ethniques au Rwanda font fuir la population. En deux jours, plus de 250 000 réfugiés ont afflué en Tanzanie
Soustitre
Au Burundi voisin, l'armée à dominante tutsi règle ses comptes avec les milices hutu.
Nom fichier
Taille
5231461 octets
Source
Fonds d'archives
INA
Type
Journal télévisé
Langue
FR
Résumé
- Les massacres ethniques au Rwanda font fuir la population. En deux jours, plus de 250 000 réfugiés ont afflué en Tanzanie où les organisations humanitaires se mobilisent pour acheminer des aides d'urgence.
- Ils marchent ainsi depuis quatre jours sur les routes menant vers la Tanzanie. "Ils", ce sont ces Hutu, ethnie majoritaire, et qui fuient devant l'avancée des rebelles tutsi du FPR. Ils craignent être demain, à leur tour, victimes des vengeances.
- Sur la tête on porte l'essentiel, sauvé à la hâte : un sac de riz ou de maïs, une natte ou un matelas. Les enfants suivent la longue marche infernale sans comprendre pourquoi il a fallu quitter la maison. Selon les organisations humanitaires, ils sont déjà 250 000 à fuir vers l'Est. Au HCR, à la Croix-Rouge internationale, on n'a jamais vu un exode d'une telle ampleur.
- Au Burundi voisin, la querelle ethnique fait déjà des victimes : là-bas, l'armée à dominante tutsi règle ses comptes avec les milices hutu. Dans le quartier de Kamenge, au nord de la capitale, un calme précaire depuis 24 heures fait suite aux tirs de roquettes et d'armes automatiques. Les soldats tutsi évacuent les habitants hutu pour faire le "nettoyage" disent-ils. Mais comment distinguer un maquisard d'un simple habitant ? Et quand les civils montent dans les camions de l'armée pour aller au stade, ce n'est pas forcément être en sécurité.