Page d'accueil France Génocide Tutsi France Génocide Tutsi Mise à jour :
8 mai 2024
Anglais

Le colonel Rosier rencontre deux ministres organisateurs du génocide. « Les hommes de paille sont tombés »

Numéro : 480
Date : 25 juin 1994
Auteur : Rosier, Jacques
Titre : Note manuscrite du colonel Rosier au général Le Page
Source : COS
Fonds d'archives : France Int
Résumé : Compte rendu de la rencontre secrète du colonel Rosier avec Augustin Bizimana, ministre de la Défense, et Jérôme Bicamumpaka, ministre des Affaires étrangères.
Commentaire : Cette rencontre révèle que l'opération Turquoise n'est pas neutre et cache une autre opération qui vise au départ à secourir les FAR et le Gouvernement intérimaire. Bien qu'il soit dit qu'il n'est pas question de leur fournir des obus pour les canons que Rosier lui-même avait confiés aux FAR en 1992, le ton de la lettre est ambigu. Il laisse transparaître la satisfaction de constater l'union des Rwandais, c'est-à-dire des Hutu contre le FPR. La connivence apparaît quand il est dit que celui-ci n'a « plus de réalité politique », autrement dit que les Tutsi sont tous morts ou presque. Elle éclate aux yeux quand Rosier écrit « les hommes de paille sont tombés », ce qui signifie que les Hutu favorables aux Accords de paix, au partage du pouvoir avec le FPR, ont été assassinés. Rosier ne condamne pas d'éventuels nouveaux massacres mais dit que ça nuirait à leur réputation. Le général Huchon a tenu des propos semblables au colonel Rwabalinda.
Citation: FM. COL ROSIER TO GAL LE PAGE SAM 25-6/07-45. À SA DEMANDE J'AI RENCONTRÉ HIER SOIR LE MINDEF DANS UN ENDROIT DISCRET AU NORD DE CYANGUGU. IL ÉTAIT ACCOMPAGNÉ DU MINAE. APRÈS LES SOUHAITS DE BIENVENUE ET L'ASSURANCE D'UN SOUTIEN TOTAL DE LA PART DES AUTORITÉS ET DE LA POPULATION, J'AI EU DROIT D'ABORD À UN EXPOSÉ DE LA SITUATION MILITAIRE. ELLE EST CATASTROPHIQUE NON PAS EN TERME D'EFFECTIFS MAIS DE MOYENS, NOTAMMENT DE MUNITIONS (ARTILLERIE). LE DÉSÉQUILIBRE DES FORCES SE SITUE À CE NIVEAU, CAR LE FPR EST TOUJOURS RAVITAILLÉ PAR L'OUGANDA, PAR AILLEURS LE RWANDA NE DISPOSE PLUS DE RESSOURCES FINANCIÈRES POUR SE FOURNIR, EN RAISON DE L'EMBARGO. ENSUITE, ILS ONT ABORDÉ LA SITUATION INTÉRIEURE ET SON ÉVOLUTION DEPUIS AVRIL. L'ASSASSINAT DU PRÉSIDENT A PROVOQUÉ UN VÉRITABLE CHOC ET DÉCLENCHÉ LES MASSACRES (QU'ILS N'ONT PAS NIÉS). ILS ONT SOULIGNÉ LEURS EFFORTS POUR ENDIGUER PUIS CONTRÔLER CE DÉCHAÎNEMENT INITIALEMENT INCOERCIBLE : REGROUPEMENT DES DÉPLACÉS, PROTECTION PAR LA GENDARMERIE. PUIS L'ANALYSE EST DEVENUE PLUS POLITIQUE. LA SOUFFRANCE ET LES CRAINTES SUSCITÉES PAR LES SUCCÈS MILITAIRES DU FPR ONT PARADOXALEMENT ESTOMPÉ LES CLIVAGES POLITIQUES. L'ARMÉE ET LE PEUPLE, MALGRÉ LEURS PAUVRES MOYENS, SONT DÉCIDÉS À SE BATTRE JUSQU'AU BOUT. SI LA SITUATION MILITAIRE EST GRAVE LA COHÉSION POLITIQUE EST UNE RÉALITÉ. ALORS QUE DU CÔTÉ FPR IL N'Y A PLUS DE RÉALITÉ POLITIQUE MAIS SEULEMENT UNE VOLONTÉ MILITAIRE (LES HOMMES DE PAILLE SONT TOMBÉS, RESTE KAGAME ET L'OMBRE DE MUSEVENI DERRIÈRE). DE SORTE QU'IL EST ILLUSOIRE D'ESPÉRER RAMENER LE FPR À LA TABLE DES NÉGOCIATIONS, CAR IL EST CONTRAINT À LA VICTOIRE MILITAIRE. UN COUP D'ARRÊT À SA PROGRESSION ET UNE RECULADE SYMBOLIQUE ANÉANTIRAIT SA STRATÉGIE. C'EST ALORS QUE, TOUT EN LOUANT L'ASPECT HUMANITAIRE INDISPENSABLE DE NOTRE INTERVENTION, ILS M'ONT DEMANDÉ UNE AIDE D'UNE AUTRE NATURE (``DISCRÈTE'' BIEN SÛR!) = DES MUNITIONS D'ARTILLERIE - (``VOS CANONS DE 105 SONT TOUJOURS LÀ, MAIS ILS SONT MUETS FAUTE D'OBUS''). LE BESOIN EXPRIMÉ CONCERNE ÉVIDEMMENT LE SECTEUR KIGALI EN PREMIER LIEU. JE LEUR AI RÉPONDU QU'IL ME PARAISSAIT ILLUSOIRE D'ESPÉRER UNE TELLE AIDE DANS LE CONTEXTE ACTUEL. ILS ONT EU L'AIR DÉPITÉ PAR MA RÉPONSE ET M'ONT DIT QU'ILS COMPTAIENT AVOIR RECOURS À DES MERCENAIRES (CAPITAINE BARRIL CONTACTÉ). PAR AILLEURS, JE LEUR AI DIT QU'IL SERAIT CATASTROPHIQUE POUR LEUR IMAGE QUE D'AUTRES MASSACRES AIENT LIEU. ENFIN, ILS M'ONT DÉSIGNÉ L'OFFICIER DE LIAISON DES FAR AUPRÈS DU COMFORCE. CE N'EST AUTRE QUE LE COL ANATOLE N'SENGIYUMVA (CHEF SECTEUR GISENYI). AVEC DOS [?] L'IMPRESSION GÉNÉRALE QUE JE RETIRE DE CETTE COURTE ENTREVUE EST QUE J'AI EU À FAIRE À DEUX VÉRITABLES RESPONSABLES (MINDEF TENDANCE MRND - MINAE, MDR), CONSCIENTS DE LA PRÉCARITÉ DE LA SITUATION MILITAIRE DE LEUR PAYS, MAIS EXTRÊMEMENT DÉTERMINÉS EN RAISON DU SOUTIEN TOTAL DE LA POPULATION. SIGNATURE EN ANNEXE, LA LIGNE DE FRONT DONNÉE PAR MINDEF.

Retour