Page d'accueil
France Génocide Tutsi France Génocide Tutsi
Mise à jour :
5 août 2022 Anglais

Il ne reste plus que 70 Français encore au Rwanda, sur les 600 ressortissants. À Kigali, Hutu et Tutsi continuent de s'entretuer

Fiche Numéro 29732

Numéro
29732
Auteur
Roger-Petit, Bruno
Auteur
Bonnant, Romuald
Auteur
Haumant, St├ęphane
Date
11 avril 1994
Amj
19940411
Heure
08:00:00
Fuseau horaire
CEST
Surtitre
Journal de 8 heures
Titre
Il ne reste plus que 70 Français encore au Rwanda, sur les 600 ressortissants. À Kigali, Hutu et Tutsi continuent de s'entretuer
Soustitre
Des escadrons de la mort sillonnent le pays et les rebelles menacent de marcher sur la capitale.
Taille
22161 octets
Nb. pages
2
Source
Fonds d'archives
INA
Type
Transcription d'une émission de télévision
Langue
FR
Résumé
- Les massacres au Rwanda provoquent la fuite des étrangers qui vivaient là-bas. Une cinquantaine des 525 Français évacués hier [10 avril] du Rwanda sont arrivés à Roissy, soulagés d'avoir fui un pays où une guerre ethnique fait rage.
- Enfin à l'abri. Il est minuit à l'aéroport de Roissy, les 48 premiers ressortissants français évacués du Rwanda viennent tout juste d'arriver. Retrouvailles avec les proches sur le sol français, pour tout le monde c'est le soulagement. Une ressortissante française : "On est heureux d'apprendre que les autres Français vont arriver, donc ça va. C'est un grand poids qui est enlevé".
- Il ne reste plus que 70 Français encore au Rwanda, sur les 600 ressortissants. Les autres, 525 personnes, ont déjà rejoint le Burundi. Selon le Quai d'Orsay, les derniers Français seront évacués cet après-midi, avec les étrangers d'autre nationalité.
- A Bonn cette nuit, d'autres ressortissants sont arrivés du Rwanda à bord d'un avion militaire allemand. 120 citoyens allemands, une vingtaine de Suisses et quelques Belges, eux aussi à l'abri.
- À Kigali, capitale du Rwanda, Hutu et Tutsi continuent de s'entretuer : massacres à la mitrailleuse mais aussi souvent à coups de machettes, de couteaux, de sagaies et même de tournevis.
- Les affrontements entre forces gouvernementales et rebelles du Front patriotique rwandais se poursuivent en ce moment-même. Les Casques bleus et la Croix-Rouge comptent les morts, des dizaines de milliers de morts, et ils tentent toujours d'organiser ce matin des secours de première urgence.
- Docteur Hervé Le Guillouzic, CICR : "La nuit a été relativement calme. Et ce matin, il y a des tirs d'armes automatiques et puis des grenades et mortiers qui ont recommencé. Mais c'est sporadique, c'est pas du feu continu. Il y a énormément, comme dans toutes les guerres, de pillages. Les gens sont armés ici et ils jettent la grenade d'abord, ils tirent ensuite et après ils volent le paquet de cigarettes qu'ils voulaient. C'est à ce niveau-là que ça se passe".
- Des escadrons de la mort sillonnent le pays et les rebelles menacent de marcher sur la capitale. Le conseil des ministres du Rwanda a appelé les rebelles à arrêter leur offensive et a décrété un mois de deuil.