Page d'accueil
France Génocide Tutsi France Génocide Tutsi
Mise à jour :
5 août 2022 Anglais

À Kigali au Rwanda, les rebelles tutsi sont entrés dans la capitale hier [13 avril]. Résultat : nouvelle journée de massacres

Fiche Numéro 30045

Numéro
30045
Auteur
Roger-Petit, Bruno
Auteur
Harvois, France
Date
14 avril 1994
Amj
19940414
Heure
08:00:00
Fuseau horaire
CEST
Surtitre
Journal de 8 heures
Titre
À Kigali au Rwanda, les rebelles tutsi sont entrés dans la capitale hier [13 avril]. Résultat : nouvelle journée de massacres
Soustitre
Boutros Boutros-Ghali envisage de retirer les 2 500 Casques bleus du Rwanda.
Taille
20543 octets
Nb. pages
2
Source
Fonds d'archives
INA
Type
Transcription d'une émission de télévision
Langue
FR
Résumé
- À Kigali au Rwanda, les rebelles tutsi sont entrés dans la capitale hier [13 avril]. Résultat : nouvelle journée de massacres. Et pourtant un cessez-le-feu pourrait se conclure aujourd'hui sous les auspices de l'ONU.
- Les mains levées en signe de paix, ces 500 membres de l'ethnie tutsi demandent de l'aide. Mais les soldats belges sont venus évacuer 18 ressortissants étrangers réfugiés dans un hôpital du quartier nord de Kigali. Ils sont assiégés depuis la veille par des bandes hutu. Une évacuation, juste une évacuation. Et ils ne feront rien de plus.
- 20 000 soldats du Front populaire rwandais ont pénétré dans Kigali. Ils attendent le départ des derniers étrangers pour envahir totalement la ville. Les combats font rage autour de l'aéroport.
- On ignore combien de Tutsi ont été massacrés ces derniers jours. Les cadavres jonchent les rues. Les Hutu, l'ethnie qui compose le gouvernement provisoire, craignent la vengeance des rebelles.
- Pour éviter un nouveau bain de sang et négocier un cessez-le-feu, les belligérants se rencontrent aujourd'hui sous l'égide des Nations unies. Un cessez-le-feu que personne ne pourra peut-être contrôler : la Belgique va rapatrier ses 440 hommes sur place. Boutros Boutros-Ghali, dans ces conditions, envisage de retirer les 2 500 Casques bleus du Rwanda.