Page d'accueil
France Génocide Tutsi France Génocide Tutsi
Mise à jour :
5 août 2022 Anglais

À Kibuye les représentants du Front patriotique rwandais ont été reçus pour la première fois dans la zone contrôlée par les Français

Fiche Numéro 30478

Numéro
30478
Auteur
Hugues, Thomas
Auteur
Baillancourt, Isabelle
Date
15 août 1994
Amj
19940815
Heure
13:00:00
Fuseau horaire
CEST
Surtitre
Journal de 13 heures
Titre
À Kibuye les représentants du Front patriotique rwandais ont été reçus pour la première fois dans la zone contrôlée par les Français
Soustitre
Les réfugiés vivent de plus en plus dans la crainte du départ des Français, annoncé pour le 22 août.
Taille
20531 octets
Nb. pages
2
Source
TF1
Fonds d'archives
INA
Type
Transcription d'une émission de télévision
Langue
FR
Résumé
- Au Rwanda, les réfugiés vivent de plus en plus dans la crainte du départ des Français, annoncé pour le 22 août. À Kibuye, pour la première fois, les représentants du Front patriotique rwandais ont été reçus dans la zone contrôlée par les Français. Le but de leur visite : rassurer les réfugiés qui ne veulent pas revenir dans leur pays.
- Le ministre de l'Intérieur du nouveau gouvernement de Kigali a choisi Kibuye pour sa première visite en zone de sécurité française. Jusqu'à présent, aucun membre du gouvernement FPR ne s'était rendu dans cette région. Pour rassurer une population instable, effrayée, prête à fuir au moindre mouvement, il faut une visite aux allures de campagne électorale. Seth Sendashonga, "Ministre de l'Intérieur - F.P.R." : "On donne des assurances générales comme celles qu'on donne à tout citoyen. Ce qu'on ne donne pas, c'est l'assurance de l'impunité".
- Tactique politique d'un mouvement de guérilla à peine sorti de la guerre ou exercice réel d'un pouvoir qui veut sortir de l'ombre. Les trois ministres du FPR feront ainsi le tour des préfectures. Mais c'est à la population hutu que le nouveau pouvoir entend s'adresser, même si les hommes du FPR n'hésitent pas à cultiver de curieux paradoxes : le stade où se déroule ce meeting est un immense cimetière, 7 000 Tutsi y furent massacrés en avril dernier.
- Démonter la propagande d'opposition qui va bon train dans les camps de réfugiés, les nouvelles autorités n'y parviennent pas facilement.