Page d'accueil

Base de données France Génocide Tutsi

Mise à jour :
6 avril 2018
Anglais

Des militaires assistants techniques français étaient sur les lieux du crash de l'avion présidentiel environ quinze minutes après l'attentat.

Date 7 juillet 1998
Titre Fiche du Ministère de la Défense, 7 juillet 1998, Précisions sur les missiles SA 16
SourceEMA
CoteNo 543/DEF/EMA/ESG
Fonds d'archivesMission d'information parlementaire (Assemblée nationale française, 1998)
Extrait deMIP, Tome II, Annexes, pp. 267-270
Taille167445 Octets
Pages4
CommentaireÀ Kanombe, le chef de bataillon de Saint-Quentin et les quatre sous-officiers qui logeaient avec leurs familles dans le camp militaire étaient à leur domicile le soir du 6 avril 1994. Ils ont été les premiers à réagir à la chute du Falcon présidentiel à proximité du camp vers 20 h 30 ; l'officier et deux sous-officiers étaient sur les lieux à 20 h 45 et donnaient l'alerte sur le réseau de sécurité de l'ambassade de France. Cependant, François Léotard, ministre de la Défense, prétendra devant les députés de la Mission d'information que les militaires français n'ont pu accéder au site du crash. Qui ont-ils fait pour que leur ministre le cache ?
Retour