Page d'accueil
France Génocide Tutsi France Génocide Tutsi
Mise à jour :
19 octobre 2021 Anglais

Violents combats pendant toute la nuit à Kigali : les forces rebelles qui encerclaient la ville ont pénétré tout à l'heure dans la capitale du Rwanda. Hier, pour la première fois, a eu lieu un accrochage du FPR et l'armée française. Les rebelles ont tiré sur un convoi qui venait d'évacuer des orphelins et des civils, à Butare au sud-ouest du Rwanda

Fiche Numéro 29075

Numéro
29075
Auteur
Pernaut, Jean-Pierre
Auteur
Jentile, Catherine
Date
4 juillet 1994
Amj
19940704
Heure
13:00:00
Fuseau horaire
CEST
Surtitre
Journal de 13 heures
Titre
Violents combats pendant toute la nuit à Kigali : les forces rebelles qui encerclaient la ville ont pénétré tout à l'heure dans la capitale du Rwanda. Hier, pour la première fois, a eu lieu un accrochage du FPR et l'armée française. Les rebelles ont tiré sur un convoi qui venait d'évacuer des orphelins et des civils, à Butare au sud-ouest du Rwanda
Soustitre
Le risque pour les Français se précise de se retrouver partie prenante dans le conflit rwandais.
Taille
22964 octets
Nb. pages
2
Source
TF1
Fonds d'archives
INA
Type
Transcription d'une émission de télévision
Langue
FR
Résumé
- Violents combats pendant toute la nuit à Kigali : les forces rebelles qui encerclaient la ville ont pénétré tout à l'heure dans la capitale du Rwanda.
- Hier, pour la première fois, il y a eu un accrochage du FPR et l'armée française. Les rebelles ont tiré sur un convoi qui venait d'évacuer des orphelins et des civils, à Butare au sud-ouest du Rwanda.
- Au moment de la chute de la ville, les Français organisent l'évacuation de 600 orphelins. Ce sont les hommes du commandement des opérations spéciales. Sur la route du retour, un accrochage les a opposés aux forces du FPR. Pour la première fois, les Français ont ouvert le feu. Il n'y a pas eu de blessés dans leurs rangs.
- À l'arrière les légionnaires arrivés de Djibouti sont en train de s'installer sur un point névralgique : sur la route de Butare, qui permet de traverser le Rwanda d'est en ouest et qui représente donc l'axe de progression logique du FPR. Les légionnaires ne se font guère d'illusion sur le fait qu'ils vont se retrouver au contact du Front patriotique rwandais.
- Les hommes de l'opération Turquoise touchent aujourd'hui du doigt la contradiction qui existe dans le cadre d'une mission à la fois humanitaire et militaire. Depuis hier on parle du militaire et le risque se précise -- qui est le cauchemar des Français -- de se retrouver partie prenante dans le conflit rwandais.