Page d'accueil
France Génocide Tutsi France Génocide Tutsi
Mise à jour :
26 octobre 2021 Anglais

L'opération Turquoise est dans sa phase de repli. Au sud de Gikongoro, une compagnie française est prête au départ après avoir accueilli pendant cinq jours des Ghanéens. Ceux-ci ont appris les embuscades de nuit à coup d'obus éclairants, contre les incursions armées du FPR

Fiche Numéro 29091

Numéro
29091
Auteur
Narcy, Jean-Claude
Auteur
Brunetti, Denis
Date
6 août 1994
Amj
19940806
Heure
20:00:00
Fuseau horaire
CEST
Surtitre
Journal de 20 heures
Titre
L'opération Turquoise est dans sa phase de repli. Au sud de Gikongoro, une compagnie française est prête au départ après avoir accueilli pendant cinq jours des Ghanéens. Ceux-ci ont appris les embuscades de nuit à coup d'obus éclairants, contre les incursions armées du FPR
Taille
20517 octets
Nb. pages
2
Source
TF1
Fonds d'archives
INA
Type
Transcription d'une émission de télévision
Langue
FR
Résumé
- Au Rwanda près de 3 000 Hutu, qui avaient décidé de rentrer dans leur région d'origine sous contrôle de la nouvelle administration tutsi, ont déjà fait demi-tour et ont regagné la zone humanitaire contrôlée par l'armée française. Nombre d'entre eux font état d'exactions commises par le Front patriotique rwandais. Certains ont échappé de justesse à la mort.
- Les soldats de l'opération Turquoise sont peu à peu relayés par les Ghanéens, les Ethiopiens et les Tchadiens de l'ONU, qui devraient totalement remplacer les forces françaises d'ici le 21 août.
- L'opération Turquoise est dans sa phase de repli. Au sud de Gikongoro, une compagnie française du 3ème RIMa est prête au départ après avoir accueilli pendant cinq jours des Ghanéens. Le long de cette zone de contact avec la zone FPR, des patrouilles mixtes ont eu lieu, franco-ghanéennes, et les Ghanéens se sont implantés dans les sections et les checkpoints des Français. Ils ont aussi appris les embuscades de nuit à coup d'obus éclairants, contre les incursions armées du FPR. Capitaine François Lecointre, "3ème RIMA" : "On leur a montré les positions privilégiées d'infiltration et les positions privilégiées d'observation sur ces tentatives d'infiltration".
- Travail humanitaire aussi : tournée commune du médecin ghanéen et français, surveillance commune de la distribution de riz parmi les 300 000 habitants et déplacés. Mais ceux-ci sont méfiants des anglophones qui, déjà, n'avaient pas bougé à Kigali.
- Une à une, les compagnies ghanéennes vont remplacer les compagnies françaises. Elles seront définitivement seules pour assurer la démilitarisation et la protection de la zone de sécurité. Avec toujours la menace de nouveaux désordres, d'exodes de population, leur efficacité et leur crédibilité sera mise à l'épreuve dans les jours et les semaines qui viennent.
- Les chefs de l'opération Turquoise, eux, discutent avec des personnalités de la région, organisent des rencontres avec le FPR. C'est le pari d'une relève discrète, progressive, en douceur, avant même le 21 août.