Page d'accueil
France Génocide Tutsi France Génocide Tutsi
Mise à jour :
28 octobre 2022 Anglais

Aujourd'hui on entasse les corps dans des camions-bennes pour les jeter dans des fosses communes. Ils ne seront hélas pas les derniers : le FPR serait désormais aux portes de Kigali

Fiche Numéro 29878

Numéro
29878
Auteur
Coudenhove, Anne (de)
Auteur
GĂ©rouard, Jean-Paul
Date
12 avril 1994
Amj
19940412
Heure
12:00:00
Fuseau horaire
CEST
Surtitre
Journal de 12 heures [1:55]
Titre
Aujourd'hui on entasse les corps dans des camions-bennes pour les jeter dans des fosses communes. Ils ne seront hélas pas les derniers : le FPR serait désormais aux portes de Kigali
Soustitre
La quasi-totalité des Français est partie mais on est toujours sans nouvelles de trois coopérants.
Nom fichier
Taille
6873856 octets
Source
Fonds d'archives
INA
Type
Journal télévisé
Langue
FR
Résumé
- La situation au Rwanda maintenant : 250 personnes sont arrivées hier soir à Roissy en provenance de Kigali et parmi elles, 94 orphelins. Plus de Français sur place, sinon ceux qui n'ont pas voulu partir.
- Les parachutistes français vont remettre aux Belges le contrôle de l'évacuation des étrangers. L'ambassade de France a été fermée. Le Gouvernement intérimaire du Rwanda a quitté son quartier général et les combats ont repris de plus belle à Kigali.
- Avant, ils étaient peut-être voisins, peut-être amis, mais c'était avant. Avant le meurtre du Président hutu Habyarimana, avant que des bandes de Hutu épaulées par l'armée régulière n'assouvissent leur vengeance dans un bain de sang.
- Aujourd'hui on entasse les corps dans des camions-bennes pour les jeter dans des fosses communes. Ils ne seront hélas pas les derniers : les forces rebelles du Front patriotique rwandais, à majorité tutsi, seraient désormais aux portes de Kigali. Elles viennent renforcer un de leurs bataillons déjà cantonné dans la ville. Ce matin, Kigali bruissait à nouveau de tirs d'armes automatiques. Le FPR affirme avoir lancé 4 000 hommes à l'assaut de la capitale. Objectif annoncé : déposer le gouvernement et rétablir l'ordre public.
- Avant cette nouvelle bataille, la plupart des Occidentaux ont été évacués à l'exception de 1 200 Belges. La quasi-totalité des Français est partie mais on est toujours sans nouvelles de trois coopérants militaires. Le ministère de la Coopération affirmait hier [11 avril] craindre le pire.
- Le pire est peut-être encore à venir pour les habitants de Kigali : ce matin, la panique a gagné la ville après que le gouvernement ait quitté son quartier général pour une destination inconnue.
- Les appels à la trêve lancés par l'ONU sont ignorés. La France et la Belgique se gardent d'intervenir. La plupart des organisations humanitaires ont quitté le pays. Les civils rwandais n'ont plus aucun recours face aux bandes armées.