Page d'accueil
France Génocide Tutsi France Génocide Tutsi
Mise à jour :
2 août 2023 Anglais

Cette nuit, l'importante caserne gouvernementale du camp Kanombe était encerclée par les rebelles rwandais

Fiche Numéro 31166

Numéro
31166
Auteur
Amar, Paul
Auteur
Joly, Fran├žoise
Auteur
Mavic, Florence
Date
22 mai 1994
Amj
19940522
Heure
13:00:00
Fuseau horaire
CEST
Surtitre
Journal de 13 heures [1:59]
Titre
Cette nuit, l'importante caserne gouvernementale du camp Kanombe était encerclée par les rebelles rwandais
Soustitre
Peut-être un demi-million de personnes sont mortes depuis le début de la guerre civile.
Nom fichier
Taille
5000247 octets
Source
Fonds d'archives
INA
Type
Journal télévisé
Langue
FR
Résumé
Au Rwanda les forces gouvernementales sont en difficulté : les rebelles du Front patriotique ont pris le contrôle de l'aéroport de Kigali. Les habitants de la capitale vivent toujours dans la terreur.
- Si depuis quatre jours les combats se sont concentrés autour de l'aéroport de Kigali, c'est que logique de guerre oblige, l'endroit est stratégique.
- Mais l'intensité des tirs d'obus tenait également à une autre raison : tout près des pistes se trouve le camp Kanombe, une importante caserne gouvernementale. Cette nuit elle était encerclée par les rebelles rwandais.
- Pour les Casques bleus, toujours présents sur cet aéroport, la situation est devenue délicate. L'ONU voulait en faire une zone neutre pour acheminer des vivres et des hommes. Mais il est trop tard : les rebelles, depuis ce matin, sont maîtres des lieux et refusent le cessez-le-feu proposé par les Nations unies.
- Et il semble que dans la ville de Kigali la situation se détériore de nouveau de façon dramatique, comme nous le racontait il y a quelques instants encore une habitante de la capitale rwandaise jointe par téléphone : "J'ai très peur parce que les massacres ne sont pas finis. Une dame qui avait un enfant sur le dos, ils lui ont demandé d'enlever l'enfant. Et puis ils ont été massacrés en face de chez nous".
- Selon les organisations humanitaires, 100 000, 200 000, peut-être un demi-million de personnes sont mortes massacrées depuis le début de cette guerre civile.