Page d'accueil
France Génocide Tutsi France Génocide Tutsi
Mise à jour :
10 août 2022 Anglais

Génocide au Rwanda: l'amiral Lanxade n'exclut pas que Barril ait eu une aide de l'Élysée

Fiche Numéro 29635

Numéro
29635
Date
18 février 2022
Amj
20220218
Titre
Génocide au Rwanda: l'amiral Lanxade n'exclut pas que Barril ait eu une aide de l'Élysée
Taille
17298 octets
Nb. pages
2
Source
AFP
Type
Dépêche d'agence
Langue
FR
Résumé
L'amiral Lanxade, chef d'état-major des armées, ne dément pas que l'avion de l'ex-capitaine Barril en route pour le Rwanda pendant le génocide ait fait escale à la base aérienne militaire d'Istres. Il dit n'en avoir rien su. Il laisse entendre que l'atterrissage de l'avion a pu être autorisé sur intervention de l'Élysée. Implicitement, il se défausserait sur le général Quesnot mais il précise à la juge qu'il n'avait « pas l'intention » de l'accuser.
Commentaire
L'amiral Lanxade est intrinséquement anti-tutsi comme le montre cette note qu'il envoyait au président de la République le 11 octobre 1990. Il est lié aux auteurs du génocide. Écrivant plus tard que, pendant l'opération Amaryllis, « nous n'avions pas, alors, d'informations sur un début des massacres », il nie l'évidence afin d'écarter l'accusation de complicité avec ceux qui commençaient un génocide sous les yeux des militaires français.
Rappelons que cette stratégie de soutien indirect à ceux qui exécutaient un génocide a été formulée par le général Quesnot, chef d'état-major particulier à la présidence de la République, dans une note du 6 mai 1994 au Président Mitterrand et par le général Huchon, chef de la Mission militaire de coopération, dans ses entretiens avec le colonel rwandais Ephrem Rwabalinda du 9 au 13 mai 1994.