Page d'accueil
France Génocide Tutsi France Génocide Tutsi
Mise à jour :
13 novembre 2022 Anglais

Sur l'aéroport du Bourget cet après-midi, François Léotard a rendu un dernier hommage aux six victimes françaises de la guerre civile qui déchire actuellement le Rwanda

Fiche Numéro 30175

Numéro
30175
Auteur
Masure, Bruno
Auteur
Boisserie, Philippe
Date
15 avril 1994
Amj
19940415
Heure
20:00:00
Fuseau horaire
CEST
Surtitre
Journal de 20 heures
Titre
Sur l'aéroport du Bourget cet après-midi, François Léotard a rendu un dernier hommage aux six victimes françaises de la guerre civile qui déchire actuellement le Rwanda
Soustitre
Boutros-Ghali annonce que le Conseil de sécurité décidera dans les heures qui viennent du maintien d'une présence militaire au Rwanda.
Taille
20804 octets
Nb. pages
2
Source
Fonds d'archives
INA
Type
Transcription d'une émission de télévision
Langue
FR
Résumé
- Sur l'aéroport du Bourget cet après-midi, le ministre de la Défense François Léotard a rendu au nom de la nation un dernier hommage aux six victimes françaises de la guerre civile qui déchire actuellement le Rwanda. Deux gendarmes et l'épouse de l'un d'entre eux mais aussi les trois membres français d'équipage de l'avion abattu lors de l'attentat qui a coûté la vie aux Présidents du Rwanda et du Burundi. Le ministre de la Coopération Michel Roussin les a décorés du grade de chevalier de la Légion d'honneur à titre posthume.
- Sur place, selon l'envoyé spécial de l'AFP à Kigali, des pourparlers semblent s'être ébauchés entre les forces gouvernementales et des représentants de la rébellion à minorité tutsi. Et selon un observateur de l'ONU sur place, ces rebelles du FPR semblent bien en mesure de prendre le contrôle de la capitale dans les tous prochains jours.
- Sur l'aéroport de Kigali, après les ressortissants étrangers, après les diplomates, après les militaires dépêchés sur place, c'est au tour de certaines forces des Nations unies de prendre le chemin du départ. Les Casques bleus belges quittent la MINUAR qui, selon la Belgique, est sans objet. Elle prône même carrément la suspension du mandat de l'ONU et le retrait des troupes. Une façon peu diplomatique de signifier l'échec total de l'ONU. Des Nations unies fortes de 2 500 hommes au Rwanda et pourtant incapables d'imposer les accords de paix d'Arusha. Incapables d'empêcher ces milliers de massacres. Incapables même de négocier un simple cessez-le-feu.
- Certes, des pourparlers ont eu lieu aujourd'hui entre rebelles du FPR et troupes gouvernementales. Mais l'on se bat toujours à Kigali et les forces du Front patriotique rwandais continuent leurs avancées sur le terrain. Au moment où il semble en mesure de prendre la capitale, Boutros-Ghali annonce que le Conseil de sécurité décidera dans les heures qui viennent du maintien d'une présence militaire au Rwanda.
- Mais plus que des hommes, c'est une politique claire et ferme qu'il faudrait. En attendant, on continue de mourir à Kigali et les Rwandais sont de plus en plus nombreux à fuir vers les pays voisins.