Page d'accueil
France Génocide Tutsi France Génocide Tutsi
Mise à jour :
5 août 2022 Anglais

Jacques-Roger Booh-Booh, envoyé spécial des Nations unies au Rwanda : « Si les deux parties ne signent pas de cessez-le-feu, nous ne resterons pas ici »

Fiche Numéro 30265

Numéro
30265
Auteur
Lefait, Philippe
Auteur
Barnier, Cécile
Date
21 avril 1994
Amj
19940421
Heure
24:00:00
Fuseau horaire
CEST
Surtitre
Journal de 24 heures
Titre
Jacques-Roger Booh-Booh, envoyé spécial des Nations unies au Rwanda : « Si les deux parties ne signent pas de cessez-le-feu, nous ne resterons pas ici »
Soustitre
Une véritable tragédie humaine se déroule au Rwanda dans l'indifférence quasi générale.
Taille
20608 octets
Nb. pages
2
Source
Type
Transcription d'une émission de télévision
Langue
FR
Résumé
- Au Rwanda quelques traces de diplomatie, une rencontre entre belligérants est prévue samedi [23 avril] en Tanzanie, mais aussi et surtout la guerre.
- Peut-être 100 000 morts au cours des deux dernières semaines. Une véritable tragédie humaine se déroule au Rwanda dans l'indifférence quasi générale.
- Les combats se sont étendus à l'ensemble du pays et les forces du Front patriotique rwandais affirment avoir gagné du terrain dans le Nord. L'anarchie la plus totale règne : il n'y a plus d'État, le Gouvernement intérimaire a fui. Les derniers Casques bleus quittent le pays. Ils ont terminé leur mission d'évacuation des Occidentaux.
- Sur place, quelques organisations humanitaires tentent d'apporter une assistance minimum à la population, assistance difficile au milieu de ce chaos. Avec elles, les 2 500 hommes de la Mission spéciale des Nations unies. Mais jusqu'à quand ?
- Jacques-Roger Booh-Booh, "Envoyé spécial des Nations Unies au Rwanda" : "Si les deux parties coopèrent, nous pouvons les aider. Mais il faut être très clair : si elles ne signent pas de cessez-le-feu, nous ne resterons pas ici".
- L'impasse semble donc totale malgré les pourparlers annoncés pour samedi [23 avril] en Tanzanie. Le Front patriotique rwandais enverra une délégation mais refuse de rencontrer le gouvernement.