Page d'accueil
France Génocide Tutsi France Génocide Tutsi
Mise à jour :
5 août 2022 Anglais

Pas de trêve au Rwanda où le carnage continue. Les rebelles ont encore gagné du terrain dans le Nord du pays

Fiche Numéro 30266

Numéro
30266
Auteur
Duprat, Florence
Auteur
Barnier, C├ęcile
Date
22 avril 1994
Amj
19940422
Heure
07:30:00
Fuseau horaire
CEST
Surtitre
Journal de 7 h 30
Titre
Pas de trêve au Rwanda où le carnage continue. Les rebelles ont encore gagné du terrain dans le Nord du pays
Soustitre
Une nouvelle rencontre entre les belligérants pour tenter de ramener la paix est prévue samedi [23 avril] en Tanzanie.
Taille
20176 octets
Nb. pages
2
Source
Fonds d'archives
INA
Type
Transcription d'une émission de télévision
Langue
FR
Résumé
- Pas de trêve au Rwanda où le carnage continue. Les rebelles ont encore gagné du terrain dans le Nord du pays. Une nouvelle rencontre entre les belligérants pour tenter de ramener la paix est prévue samedi [23 avril] en Tanzanie.
- Peut-être 100 000 morts au cours des deux dernières semaines. Une véritable tragédie humaine se déroule au Rwanda dans l'indifférence quasi générale.
- Les combats se sont étendus à l'ensemble du pays et les forces du Front patriotique rwandais affirment avoir gagné du terrain dans le Nord. L'anarchie la plus totale règne : il n'y a plus d'État, le Gouvernement intérimaire a fui. Les derniers Casques bleus quittent le pays. Ils ont terminé leur mission d'évacuation des Occidentaux.
- Sur place, seules quelques organisations humanitaires tentent d'apporter une assistance minimum à la population, assistance difficile au milieu de ce chaos. Avec elles, les 2 500 hommes de la Mission spéciale des Nations unies. Mais jusqu'à quand ?
- Jacques-Roger Booh-Booh, "Envoyé spécial des Nations Unies au Rwanda" : "Si les deux parties coopèrent, nous pouvons les aider. Mais il faut être très clair : si elles ne signent pas de cessez-le-feu, nous ne resterons pas ici".
- L'impasse semble donc totale malgré les pourparlers annoncés pour samedi [23 avril] en Tanzanie. Le Front patriotique rwandais enverra une délégation mais refuse de rencontrer le gouvernement.