Page d'accueil
France Génocide Tutsi France Génocide Tutsi
Mise à jour :
22 octobre 2022 Anglais

Les violents affrontements de vendredi [5 octobre] à Kigali ont fait craindre aux résidents étrangers que les combats ne dégénèrent en une sanglante guerre tribale

Fiche Numéro 30942

Numéro
30942
Auteur
Claude, Hervé
Auteur
Derda, Dominique
Auteur
Olliéric, Dorothée
Date
7 octobre 1990
Amj
19901007
Heure
13:00:00
Fuseau horaire
CEST
Surtitre
Journal de 13 heures
Titre
Les violents affrontements de vendredi [5 octobre] à Kigali ont fait craindre aux résidents étrangers que les combats ne dégénèrent en une sanglante guerre tribale
Soustitre
Les rebelles se seraient fondus dans la population et tireraient à l'occasion sur les forces gouvernementales.
Taille
21896 octets
Nb. pages
2
Source
Fonds d'archives
Type
Transcription d'une émission de télévision
Langue
FR
Résumé
- L'affrontement entre les deux ethnies qui peuplent le Rwanda semble inévitable. Un impact de balle, seul signe visible d'affrontements. Ici les combats sont terminés, l'aéroport de Kigali, point stratégique, est désormais sous le contrôle des militaires français, belges et zaïrois : 1 300 au total venus protéger leurs ressortissants.
- Depuis l'arrivée de ces soldats et l'imposition du couvre-feu, la situation semble calme dans la capitale malgré quelques tirs sporadiques. Les rebelles, en effet, se seraient fondus dans la population et tireraient à l'occasion sur les forces gouvernementales.
- Mais c'est au nord du Rwanda, près de la frontière ougandaise par laquelle ils sont arrivés, que les assaillants harcèlent les troupes du Président Juvénal Habyarimana qui lui-même, d'ailleurs, avait pris le pouvoir en 1973 à la suite d'un coup d'État.
- Dans les ambassades, sous haute protection, on s'organise sans panique mais non sans une certaine tension : les violents affrontements de vendredi [5 octobre] à Kigali ont fait craindre aux résidents étrangers que les combats ne dégénèrent en une sanglante guerre tribale. Aussi la plupart des pays occidentaux ont-ils conseillé à leurs ressortissants de quitter le Rwanda.
- 250 Français ont déjà été rapatriés. Le ministère des Affaires étrangères leur a demandé de rentrer. Cette nuit 150 d'entre eux arrivaient à Roissy. Fatigués mais soulagés, les ressortissants français ont quitté le Rwanda hier [6 octobre]. Ce matin, à Roissy, ils étaient 150 à retrouver familles et amis.
- Les Français ont confirmé le retour au calme samedi [6 octobre] à Kigali, la capitale rwandaise. Mais ils apportent aussi leurs témoignages aux affrontements de ces derniers jours et sur l'arrivée des parachutistes français. Un rapatrié : "Quand ils sont arrivés, apparemment ils ont essuyé des tirs. Eux-mêmes prétendent que c'était vraiment un climat extrêmement violent. Ça a été cinq heures effectivement d'enfer pour tout le monde. Et je pense pour eux aussi. Je crois savoir qu'il y a un blessé parmi les parachutistes".
- 400 Français demeurent encore au Rwanda. À Kigali, certains habitants craignent de nouveaux affrontements. Depuis vendredi [5 octobre], les coups de feu sont pourtant sporadiques.